l’AVTERML interpelle le Premier-ministre luxembourgeois et le Président de la région Grand-Est

Les préconisations exprimées auprès de la SNCF, des CFL et de la Région Grand-Est en avril dernier, suite à la première phase de travaux entre Bettembourg et Luxembourg n’ont pas été prises en compte et nous en mesurons les conséquences aujourd’hui.

Après seulement 3 jours ouvrables, la situation est chaotique et tant la desserte ferroviaire jusqu’à Bettembourg, que les moyens de substitution mis en place par CFL entre Thionville, Bettembourg et Luxembourg-ville se montrent inadaptés, sous-dimensionnés, insuffisants !

Devant le silence des autorités françaises et luxembourgeoises face à cette situation pourtant publique (plusieurs articles sont parus depuis lundi, dans les deux pays), nous avons décidé d’interpeller les deux personnes les plus à même d’apporter des réponses rapides aux attentes des usagers, qui veulent juste pouvoir venir et repartir du travail dans des conditions décentes.

Cet après-midi, nous avons adressé la lettre ouverte ci-dessous à Monsieur Xavier Bettel, Premier-ministre du Grand-duché de Luxembourg, ainsi qu’à Monsieur Jean Rottner Président de la région Grand-est.

Nous attendons maintenant les réactions de ces deux responsables, avant d’entreprendre d’autres actions pour faire entendre la voix des usagers qu’on a encore une fois (de trop), écarté des décisions les concernant !

lettre ouverte au Premier-ministre Bettel et au Président de région Grand-Est

Mépris de la voix des usagers, l’AVTERML cesse toute relation avec la SNCF

Grève interminable, dégradation constante du service ferroviaire, amateurisme dans la gestion des travaux entre Bettembourg et Luxembourg, opérations de contrôle en brigade dans un contexte de service très dégradé, tout démontre actuellement le mépris de la SNCF pour ses usagers leurs représentants, notre association !

Alors que depuis un an, nous avions commencé à bâtir ce que nous prenions pour une relation de confiance avec cette entreprise ferroviaire, les évènements récents tendent à prouver le contraire.

Aussi avons nous pris la décision de cesser toute relation avec la SNCF, jusqu’à nouvel ordre.

Voici la lettre adressée ce matin à la Direction-régionale TER:

Travaux de cet été, entre Bettembourg et Luxembourg: le plan de circulation

Nous l’avions réclamé pour au moins 3 semaines à l’avance, force est de constater que la promesse a été tenue par les CFL, même si l’on peut encore une fois regretter un déficit chronique de communication de l’entreprise ferroviaire du Grand-Duché, puisque ce n’est en allant fouiller assez loin sur le site qu’on trouve le plan de circulation adapté, pour la période de travaux du 14/07 au 28/08:

Plan de transport adapté – travaux CFL du 14-07 au 28-28-18

Lundi 14 mai 2018, journée sans cheminot ?

CGT et SUD Rail nous ont promis une « journée sans cheminot » pour demain, 14 mai.

Le plan de transport communiqué par TER Grand-Est qui nous a été transmis, et qui est accessible par le lien ci dessous,  ne reflète pas cette annonce. Il convient toutefois de rester vigilants, des suppressions de dernière minute restant possibles !

Plan de transport Nancy-Metz-Luxembourg du 14 mai 2018

Une mesure commerciale inacceptable pour les voyageurs du sillon-lorrain – Communiqué

Aujourd’hui, 7 mai 2018, la SNCF annonce les mesures de dédommagement suite à la grève, en région Grand-Est. Comme annoncé ici même dès ce matin, cette mesure d’indemnisation s’applique uniquement sur la partie SNCF de l’abonnement: https://www.ter.sncf.com/grand-est/gares/preparer-son-voyage/conditions-remboursement

Ces conditions sont inacceptables en l’état. C’est pourquoi, nous publions le présent communiqué:

« Et l’usager dans tout ça »

La Coordination Nationale des Collectifs et Associations d’Usagers du Train (CNCAUT)

Ces derniers jours une coordination nationale d’associations et de collectifs d’usagers a vu le jour. C’est notamment elle qui a lancé en début de semaine la pétition en vue d’obtenir le remboursement des abonnements les jours de grève (voir notre article).

Notre association ayant déjà relayé la pétition, il était logique que nous adhérions à ce collectif, où chaque entité garde son entière autonomie d’action.

Toutefois, ayant fait ensemble le constat que les usagers sont actuellement totalement écartés de la discussion autour de la réforme ferroviaire, alors même qu’ils sont les 1ers concernés, nous avons conclu à la nécessité d’une action d’ensemble. Cette action va revêtir dès demain 12 avril la forme d’une grève nationale de la présentation du titre de transport, opérée par plus de 20 associations et collectifs.

Cette action se concrétisera partout en France par le port de différents signes distinctifs comme des autocollants, des badges, ou encore la présentation de billets revendicatifs. Les usagers de chaque ligne évoqueront à cette occasion les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien :

  • suppression d’arrêts
  • diminution de la fréquence des trains
  • diminution de l’offre (moins de trains accessibles)
  • trains surchargés
  • retards répétés…

Les collectifs et associations d’usagers du train réclament également le remboursement intégral des abonnements TGV – TER – INTERCITÉS – TRANSILIEN – RER pour les jours de perturbation dès lors que la SNCF a purement et simplement rendu impossible la réservation de voyages les jours de grève.

À travers cette action collective de contestation, nous voulons rappeler la place centrale des usagers dans le débat et les négociations en cours. Plus qu’une réforme du statut des cheminots, nous voulons dès aujourd’hui la prise en compte de notre réalité quotidienne. Les réformes structurelles et l’arrivée de la concurrence ne peuvent être l’unique réponse pour l’amélioration de nos conditions de transport.

Par ce lien vous pouvez accéder au communiqué de la CNCAUT

Dès demain matin nous vous incitons par conséquent à cesser de présenter vos titres de transport et d’utiliser, si vous le souhaitez le billet de grève ci-dessous (Attention: nous vous demandons de respecter le personnel SNCF en toutes circonstances, il en va de la crédibilité de ce mouvement !)