Rencontre avec Mme la Ministre des Transports, et manifeste

Comme elle s’y était engagée lors de la Consultation Citoyenne en octobre dernier, Madame Élisabeth Borne,  Ministre des transports est venue se rendre compte de notre situation par elle même.

Accompagnée de Jean Rottner, Président de la Région Grand-Est, elle a pris ce soir le TER depuis Luxembourg, pour se rendre à Thionville où elle était conviée par le Maire, M. Cuny, à une rencontre avec les associations d’usagers.

Nous avons pu échanger librement sur les problématiques des transports sur le « Sillon Lorrain » avec la Ministre, ainsi qu’avec les élus et les représentants de la FNAUT Grand-Est.

Cela a été pour nous l’occasion de remettre à Madame Borne un manifeste qui dresse un état des lieux de notre situation, et qui regroupe un certain nombre de propositions concrètes pour l’avenir de la mobilité transfrontalière.

Manifeste-de-Thionville-3-

Nous remercions tout particulièrement Monsieur le Maire de Thionville qui nous a conviés à cet événement.

Des élus dans le TER à la rencontre des usagers

Ce jeudi matin nous découvrions que M. Jean Rottner, Président de la Région accompagné d’autres élus, avait décidé de voyager… dans un train bleu !

Après avoir eu dans un premier temps eu l’impression d’avoir été quelque peu tenus à l’écart de cette visite surprise, nous avons pu constater que
M. Rottner venait pourtant à la rencontre des usagers dans le but de s’enquérir du quotidien sur cette ligne.

Cette confrontation informelle n’était en effet pas prévue. Une réunion, à propos du co-développement France – Luxembourg souhaité par le Sillon Lorrain, devait se dérouler à Thionville avec M. le Maire Pierre Cuny, et il a été décidé au dernier moment de délocaliser la réunion dans le TER.
Accompagné également de M. Jean-luc Bohl, maire de Montigny les Metz et surtout président de Metz-Métropole M. Rottner, a profité de ce trajet pour écouter ce que les habitués de la ligne ont sur le coeur. Des ressentis clients vrais et sans filtre.

Heureuse coïncidence , plusieurs membres de l’AVTERML étaient présents à bord de ce même train.
Une belle opportunité de revenir sur les critiques souvent faites à la Région Grand Est, puisque pas une semaine ne passe sans que les usagers n’interpellent les élus avec témoignages et photos de nos galères !

La rencontre improvisée qui suivit a permis de discuter avec une grande franchise des problèmes de mobilité rencontrés par les frontaliers, mais aussi de tous les navetteurs du Sillon Lorrain, des causes identifiées, et des solutions possibles et applicables, à court, moyen ou long terme.

Renforcement du matériel roulant, nécessité de faire évoluer les possibilités de télétravail, élargissement de l’A31 par une voie réservée aux bus et au covoiturage ont, entre autre été évoqués.

Cette réunion s’est conclue par la promesse du Président de la Région Grand-Est, de revenir dans nos trains hors période de vacances, probablement à l’occasion d’un prochain « déjeuner des râleurs du TER »


À suivre…



Que s’est-il passé avec les TER de 06:03 et 06:07 cette semaine ?

Eh bien oui, car au bout de plusieurs jours d’affilée où ces 2 trains arrivèrent en retard à Thionville, on s’est quand même posé la question.

Voici l’heure d’arrivée réelle à Thionville (les gares précédant Thionville sont évidemment impactées) :

Est-ce du chipotage que de faire un article pour ça ? Non, car le problème est moins les minutes de retard que la communication toujours aussi inefficace.

Le motif, un peu technique, est certes difficile à expliquer via une annonce sonore en gare. Dans ce cas, pourquoi n’y a t-il pas eu

  • de gilet rouge sur les quais ?
  • de courrier / mail / sms envoyé aux usagers avant ces travaux ?
  • un affichage spécial en gare (notamment pour les petites gares) ?
  • de la communication à bord des trains ?

On imagine bien que pour le quotidien de la SNCF ce genre d’intervention passe inaperçu et ne nécessite pas d’action supplémentaire alors qu’elle influence le trajets des usagers. De plus, en ayant conscience de la fréquentation de cette ligne et des problèmes récurrents que nous avons déjà entre Bettembourg et Luxembourg, une attention particulière aux événements de terrain serait de mise.

Rencontre SNCF/usagers en gare de Thionville

Hier soir en gare de Thionville se tenait une rencontre entre usagers et personnel de la SNCF.

Voici quelques points que les membres de l’AVTERML présents ont pu aborder :

Le couac du 17:28

Rétabli sur les grilles de décembre, il s’agit d’une erreur au niveau de la publication de la fiche horaire CFL. Ce train a toujours été prévu comme circulant à nouveau à partir d’avril 2019 seulement.

Les problèmes matériels

Vous avez sûrement constaté que nous avons, et plus encore en ce moment, des trains supprimés ou en composition réduite.
Voici quelques explications concrètes :
– deux rames sont en modification ERTMS à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire)
– une rame est en réparation suite à l’accident avec un sanglier le 22 novembre
– deux rames sont en maintenance (pour la maintenance habituelle)

Vélos et trottinettes à bord des trains

Nous avons fait remonter le besoin d’une meilleur visibilité du wagon à vélos (avec un sticker comme sur les trains CFL par exemple), et également la demande croissante d’emplacement pour les gens prenant leur trottinette dans le train.

Une bonne nouvelle pour Mob Emploi à Thionville

L’association de gardiennage va s’agrandir avec un local sécurisé supplémentaire pour accueillir plus de vélos en 2019.

Quel avenir pour ces rencontres en gare ?

Bien qu’ils se déroulent déjà aux heures d’affluence, ces événements pourrait être repensés afin de s’adapter au public. Pour diverses raisons, trop peu de gens s’arrêtent pour engager la conversation. On peut alors imaginer :
– des réunions sur invitation ou avec un système de réservation
– des groupes de discussions de 8 – 10 personnes plutôt qu’une confrontation directe comme lors du COREST
– organiser l’événement à Luxembourg dans le secteur de la gare
– utiliser les réseaux sociaux de manière plus poussée, Twitter étant encore loin d’être utilisé par la majorité des usagers

Bref, tout cela pour vous rappeler que ces rencontres sont importantes.
Râler c’est bien, mais venir sur place pour poser des questions permet de comprendre (à défaut de solutionner) et de diminuer largement la frustration du quotidien.

La prochaine rencontre SNCF / usagers se déroulera à Metz en décembre.

 

L’AVTERML reçue pour la première fois par la Direction des CFL

Suite au communiqué publié après les événements du 3 octobre, nous avons été sollicités par les CFL pour nous rendre, mardi 6 novembre,  à une réunion au siège de l’entreprise. Le but était d’aborder les problèmes quotidiens auxquels nous sommes confrontés entre Bettembourg et Luxembourg.

L’assemblée comprenait 4 membres de l’AVTERML et différents acteurs importants de la direction CFL :
– M. Wengler, Directeur Général
– M. Hoffmann, Directeur des Activités Voyageurs
– M. Werdel, Directeur Gestion Infrastructure
– Mme Nonnweiler, chargée de Gestion du service Communication
– M. Lux, responsable qualité

La Direction a d’emblée reconnu la difficulté quotidienne à gérer le trafic qualifié de « tsunami de trains » venant de trois pays, s’ajoutant à celui des lignes luxembourgeoises et convergeant vers Luxembourg.

L’arrêt « Neuberg » le matin, les départs tardifs le soir

Ce goulot d’étranglement avant la gare de Luxembourg Ville ne disparaîtra que lorsque les trains venant de France n’arriveront plus sur la même voie que ceux de la ligne 60 (Esch).  D’importants investissements sont réalisés sur tout le territoire dans le but de désengorger la gare de Luxembourg. Plus de détails sur les chantiers dans la présentation mise à disposition par CFL .

Les préconisations pour les périodes de travaux

Au mois d’avril, l’AVTERML avait pu fournir des préconisations pour la période des travaux de juillet-août. Celles-ci ont été parfois peu prises en compte (arrivée des TER voie 1 à Bettembourg pour éviter le passage souterrain ; bus desservant le Kirchberg). L’inclusion et le dialogue restent à privilégier dans le cadre de l’organisation des futures périodes de travaux.

La communication en général

Malgré une communication claire en amont lorsqu’il s’agit des chantiers, celle faite en gare est cependant encore perfectible. Cela provoque un sentiment de frustration grandissant chez beaucoup d’usagers qui se sentent « abandonnés » sur les quais en cas d’incident. L’information voyageurs en temps réel est un besoin fort que l’entreprise ne satisfait pas pour le moment, mais sur lequel elle travaille activement.

Une avancée dans la relation voyageurs / opérateur ferroviaire

Nous avons été extrêmement bien accueillis et considérés lors de cette réunion. Les CFL montrent par cette sollicitation leur souhait de mieux prendre conscience du ressenti des usagers du quotidien, et de construire une relation de dialogue régulière et efficace avec l’AVTERML.

 

Consultation citoyenne en présence de Mme la Ministre des Transports

Comment imaginez-vous la mobilité transfrontalière en 2030 ?

Une consultation citoyenne a eu lieu vendredi 19 octobre 2018 dans nouveau Centre des Congrès à Metz, sur la mobilité transfrontalière.
Organisée par la DREAL Grand Est, ce n’est ni une conférence, ni une tribune politique. Ce rassemblement donne la priorité à l’expression directe des participants.

Les participants

Élus locaux, représentants SNCF, Direction Départementale des Territoires, Direction Régionale de l’Environnement et de l’Aménagement, journalistes, FNAUT, associations d’usagers.

Le format

Après un rapide état des lieux par l’Agence d’Urbanisme d’Agglomérations de Moselle  (1), nous nous répartissons en groupe de 8 personnes dans des ateliers pour dresser ce qui nous apparaît comme 3 défis et solutions à relever d’ici 2030 en matière de mobilité.

Restitution devant Mme la Ministre des Transports, Elisabeth Borne

Globalement, les mêmes « défis » et besoins ressortent des concertations de chaque groupe :

– La nécessité d’une instance politique transfrontalière européenne

– Redynamiser le territoire mosellan pour les entreprises : facilités administratives, rétrocession financière, télétravail

– Plus de fiabilité  et transparence dans les transports : gestion des flux aux heures de pointe, des incidents, communication

Prise de parole de Mme la Ministre des Transports

– Consciente que l’horaire de l’événement n’a pas convenu (16:30 à Metz en semaine !) pour rassembler des travailleurs frontaliers

– Sens fort de la manifestation : l’Europe paraît trop éloignée des citoyens, les États membres veulent une Europe forte qui innove.

– Les décisions concernant la mobilité transfrontalière doivent s’organiser localement sans passer par Bruxelles / Paris

– Un « besoin urgent » de repenser la politique d’investissement dans les transports

– Engagement par le Luxembourg de multiplier par 2,5, d’ici 2022, le transports de voyageurs sur la ligne Metz – Thionville – Luxembourg

– Travail avec la SNCF pour une solution type RER : ligne dédiée TER, sans fret

Qu’a apporté cette consultation en présence de Mme la Ministre ?

– Une réelle prise de conscience désormais à grande échelle : des mots forts ont été employés par tous les intervenants et la criticité de la situation est reconnue

– Un sentiment positif, mais mitigé : ces solutions sont prévues à moyen et long terme : entre 2020 et 2030

– Un rayonnement pour l’AVTERML : on continue « d’occuper le terrain » auprès des élus locaux, des médias et désormais devant Mme la Ministre, invitée par l’Association à venir se rendre compte de nos difficultés.

 

(1) État des lieux :

– Barre des 100 000 frontaliers travaillant au Luxembourg passée en 2018
– Les mots sont lâchés : surcharge ferroviaire
– A31 bis, bus, covoiturages, plus de trains… annoncés comme « des gros projets, mais insuffisants » face à la projection sur l’évolution du nombre de frontaliers.
– Poids lourds et fret ferroviaire : information délibérément passée sous silence

Source : Agence d’urbanisme d’agglomérations de Moselle (AGURAM)

 

 

« La qualité de service n’est plus acceptable », martèle Jean Rottner

« Je n’en peux plus. »

C’est un signal fort envoyé aujourd’hui par le Président de la Région Grand Est, Jean Rottner,  qui a fait part de son mécontentement sur la qualité du service SNCF sur la ligne Nancy-Metz-Luxembourg.

« Nous avons durci notre position […]. La direction de la SNCF est déjà au courant de notre désaccord avec eux sur cette manière de gérer le quotidien des usagers sur cette ligne. »

Il est vrai qu’entre les grèves d’avril à juin et les trains de fret régulièrement en panne aux heures de pointes, la contestation est vive sur les réseaux sociaux et de nombreux usagers n’hésitent pas à interpeller M. le Président.

#JeMeBougePourMonTrain !

Source de la vidéo :
Région Grand Est – Commission permanente du 12 octobre 2018