Changement d’horaires au 1er avril

À partir du 1er avril, il est utile de noter que des changements interviennent sur notre ligne.
De manière visible, pour l’instant, seul le trajet du train 88570/1 (Nancy 7h50 – Metz 8h33 – Luxembourg 9h21) se fera en trois étapes :

  • un train 837696 (Nancy 7h50 -Thionville 8h53)
  • un changement de train obligatoire de 5 minutes à Thionville (8h53 – 8h58)
  • puis la partie Thionville-Luxembourg sous le numéro 88570/1 (8h58-9h21)

Notez les horaires avancés de deux minutes entre Metz et Thionville.

Raisons techniques et juridiques… pour ceux qui veulent en savoir plus :

Cette « rupture de charge », pour reprendre le terme technique, est rendue nécessaire par le projet d’équipement des rames avec le système de sécurité européen ECTS bientôt obligatoire pour circuler au Luxembourg.

En effet, jusqu’à présent 2 rames étaient prélevées en permanence pour être envoyées à Saint-Pierre-des-Corps et être équipées. À compter du 1er avril, 4 rames seront en permanence absentes de notre ligne pour cette raison. Le train mentionné plus haut est donc assuré de Nancy à Thionville avec du matériel non compatible Luxembourg.

Ce changement d’organisation ne permettra théoriquement toutefois d’équiper qu’une douzaine de rames sur les 25 d’ici le 31 décembre 2019, tout en induisant une contrainte plus forte sur la disponibilité de matériel de remplacement en cas de panne (Qui a dit US ?).

Notez surtout que cette date du 31 décembre 2019 est importante à deux titres :

  • Suite à l’accident de Dudelange, dans son rapport d’étape du 19 février 2018, l’Administration des Chemins de Fer luxembourgeois avait avancé l’obligation de circuler au Luxembourg avec le système ETCS du 30 juin 2021 au 31 décembre 2019.
  • Il n’est matériellement pas possible d’équiper 25 rames Z24500 en 8 mois tout en continuant d’assurer tels quels nos trains journaliers.

Par conséquent, la Région Grand-Est a écrit à l’Administration des Chemins de Fer, officiellement indépendante, pour demander une dérogation temporaire afin que nos rames circulent en territoire luxembourgeois avec le système MemorII+jusqu’à l’équipement complet des 25 rames.


De cette décision souveraine dépendra fortement le nombre et le type de trains vers le Luxembourg. En effet, si l’ACF n’accorde pas cette dérogation, parmi les trains des CFL et de la SNCF seuls seraient autorisés à circuler entre Luxembourg Thionville :

  • les rames SNCF Z24500 TER 2N NG « deux étages » déjà équipées ETCS (12/25)
  • les rames CFL 2200 rouges semblables dont 4 rames sont déjà utilisées pour certains trains vers la France
  • certains TGV

Il est probable que les CFL ne prêtent pas plus de rames rouges, celles-ci étant utilisées également sur d’autres lignes, même si le remplissage semble moindre, car cela inclut de repenser tout le roulement du trafic intérieur luxembourgeois.

Le dur choix serait alors :

  • de limiter le nombre de trains de et vers le Luxembourg
  • de systématiser le changement de train à Thionville afin de concentrer les rames autorisées
  • un mélange de ces techniques.

La décision sera donc importante pour notre capacité de déplacement en train dans les mois à venir.

Mise à jour du 28 mars 2019 :

Suite à un échange fructueux sur Twitter, ont été :

  • changée la mention « les TGV » par « certains TGV », car tous les TGV ne possèdent pas l’équipement de sécurité ERTMS pour rouler au Luxembourg . La phrase pouvait prêter à confusion.
  • supprimée la possibilité pour les rames CFL 2000 blanches et carmin de rouler jusqu’à Thionville ; la ligne est équipée depuis fin 2016, les rames sont équipées depuis 2007-2009 mais l’homologation nécessaire n’a pas eu lieu.

La FNAUT Grand-Est demande le report des nouvelles règles de tarification à bord !

En tant qu’association membre de la FNAUT Grand-Est, l’AVTERML se joint à cette dernière pour demander à la région Grand-Est, et à SNCF, de surseoir à la mise en place programmée des nouvelles règles de tarification à bord (Cf notre article précédent) qui doivent entrer en vigueur au 20 mars prochain, sans que tous les outils nécessaires à leur juste application n’aient été mis en place, ni par l’entreprise ferroviaire, ni par l’autorité organisatrice.

Ci dessous, le communiqué de la FNAUT:

FNAUT-Grand-Est-communiqué-vente-à-bord

Nouvelles règles de tarification à bord à partir du 20 mars 2019

SNCF et Région Grand-Est ont décidé sans réelle concertation avec les associations d’usagers (si ce n’est une réunion d’information en novembre dernier) de modifier les règles de tarification à bord, à compter du mercredi 20 mars prochain.

Si l’objectif affiché est de lutter contre la fraude, ce qui est louable, force est de constater que ce sont encore une fois les usagers en règle, qui seront les plus pénalisés:

En effet, les règles se durcissent, et s’il était jusque là possible d’acheter un titre de transport à bord au tarif « Guichet », ce sera désormais impossible, et surtout beaucoup plus cher !
Par exemple, si vous oubliez votre titre de transport, où si l’automate de votre gare est en panne et que vous ne pouvez pas recharger votre abonnement, vous devrez désormais vous acquitter d’un tarif forfaitaire peu avantageux, au lieu du tarif normal.

Pire, là où vous pouviez auparavant régulariser la situation et vous faire rembourser en vous rendant au guichet de la gare la plus proche, il faudra désormais vous adresser par courrier à vos frais, au centre de gestion TER Grand-Est de la SNCF, qui n’a pas toujours brillé par sa réactivité par le passé.

SNCF ente de se dédouaner en évoquant de nouveaux moyens d’acquérir un titre de transport TER: achat par téléphone, « nouveaux partenariats » (entendre les bureaux de tabac…) et même, comble du modernisme, un billet TER digital. Problème: ces nouveaux moyens ne sont pas annoncés avant mai 2019, voire fin 2019, pour le billet digital…

Vous trouverez dans la présentation ci-dessous, les nouvelles modalités de vente à bord qui ont été présentées aux associations d’usagers, lors d’une réunion qui s’est tenue hier soir:

2019.03.14-Réunion-associations-NRR

SNCF présente également ces règles sur son site internet TER Grand-Est

Des élus dans le TER à la rencontre des usagers

Ce jeudi matin nous découvrions que M. Jean Rottner, Président de la Région accompagné d’autres élus, avait décidé de voyager… dans un train bleu !

Après avoir eu dans un premier temps eu l’impression d’avoir été quelque peu tenus à l’écart de cette visite surprise, nous avons pu constater que
M. Rottner venait pourtant à la rencontre des usagers dans le but de s’enquérir du quotidien sur cette ligne.

Cette confrontation informelle n’était en effet pas prévue. Une réunion, à propos du co-développement France – Luxembourg souhaité par le Sillon Lorrain, devait se dérouler à Thionville avec M. le Maire Pierre Cuny, et il a été décidé au dernier moment de délocaliser la réunion dans le TER.
Accompagné également de M. Jean-luc Bohl, maire de Montigny les Metz et surtout président de Metz-Métropole M. Rottner, a profité de ce trajet pour écouter ce que les habitués de la ligne ont sur le coeur. Des ressentis clients vrais et sans filtre.

Heureuse coïncidence , plusieurs membres de l’AVTERML étaient présents à bord de ce même train.
Une belle opportunité de revenir sur les critiques souvent faites à la Région Grand Est, puisque pas une semaine ne passe sans que les usagers n’interpellent les élus avec témoignages et photos de nos galères !

La rencontre improvisée qui suivit a permis de discuter avec une grande franchise des problèmes de mobilité rencontrés par les frontaliers, mais aussi de tous les navetteurs du Sillon Lorrain, des causes identifiées, et des solutions possibles et applicables, à court, moyen ou long terme.

Renforcement du matériel roulant, nécessité de faire évoluer les possibilités de télétravail, élargissement de l’A31 par une voie réservée aux bus et au covoiturage ont, entre autre été évoqués.

Cette réunion s’est conclue par la promesse du Président de la Région Grand-Est, de revenir dans nos trains hors période de vacances, probablement à l’occasion d’un prochain « déjeuner des râleurs du TER »


À suivre…



Fil Twitter @TERGrandEst, une évolution devenue nécessaire

Le 8 février dernier nous avons assisté à une réunion de travail avec la SNCF et nos interlocuteurs de la Région Grand-Est.

Cette rencontre avait entre autres pour objet de valider l’évolution planifiée du fil Twitter @TERGrandEst .

Vous avez en effet nombreux à déplorer un certain manque de clarté suite à l’ouverture de ce fil aux autres lignes de la région (ce qui en soit est une très bonne chose !).

Vos remontrances ont été entendues et le fonctionnement du fil sera totalement revu d’ici la fin du mois, pour d’avantage d’interactions, de clarté et une disponibilité accrue pour répondre à vos questions.

Vous trouverez ci-après la présentation vous expliquant en details ce qui change :

SNCF_Twitter-TER-GE-08022019_GT

Pour ceux qui souhaitent visualiser la présentation en plein écran:

Présentation PDF fil twitter TER Grand-Est

Les Chroniques de Dimitri #3

Salut tout le monde, en guise de vœux de bonne année 2019, petit thread sur le cadeau de Noël des CFL annoncé en décembre par Alstom et la presse luxembourgeoise : https://www.wort.lu/fr/luxembourg/les-cfl-ont-achete-34-nouveaux-trains-5c1937e1182b657ad3b9c09c. Vous allez voir, c’est effectivement la magie de Noël qui opère !

Déjà, moi j’aime bien l’illustration design que tous les articles ont repris du communiqué de presse : il n’y a pas de conducteur, ça c’est de l’intelligence artificielle avant l’heure !

Bon, vous allez me dire, oui, c’est un dessin d’illustration, ne fais pas le finaud. Exactement ! Sauf que s’il y a un dessin sorti d’un ordinateur, c’est peut-être que les photos du matériel n’existent pas ? Et si les photos n’existent pas, est-ce que le matériel existe ?

Alors, détail liminaire, quand la presse vous parle des CFL qui achètent des Coradia, c’est comme de vous dire que votre voiture est un machin du groupe Volkswagen en Diesel. Entre la Polo de 1990 et l’Octavia dernière génération de 2017, il y a une légère différence…

…différence de confort, de puissance, voire d’émission de CO², quoique pour le dernier point, on n’est jamais sûr de rien, … mais je m’égare. Revenons aux trains. Coradia, c’est juste une gamme générique.

Les rames actuelles Z24500 & CFL2200 circulant sur Metz-Lux, Lux-Longwy entre autres, sont déjà des Coradia Duplex dits TER2N NG.  Bon, ça n’est pas ce modèle, parce qu’on sait que la ligne de production de ces modèles est arrêtée depuis 10 ans.

Mais alors, quel est ce modèle de CFL 2400, appelons-les comme ça en attendant, que les CFL nous promettent pour sillonner Luxembourg, France et Belgique ?

Le dessin du communiqué et le mot Coradia nous orientent vers la tête d’un Coradia Stream, déjà en service en Italie, sous le nom « Pop » https://www.globalrailnews.com/2018/03/26/trenitalia-pens-e330m-deal-with-alstom-for-54-coradia-stream-trains , et aux Pays-Bas, ce dernier pays ayant une électrification similaire à la Belgique, c’est un indice.

Bon, sauf que s’il s’agit de base de Coradia « Pop », il y a deux problèmes :

1. Le nom va m’obliger à appeler les automotrices CFL « Fizz », pour aller avec le mot Pop. Désolé.

2. Plus sérieusement, les Pop actuellement en circulation sont des trains Intercité à 1 étage, donc cela veut dire que la version double étage n’existe pas et qu’elle est en cours de création par Alstom. https://de.wikipedia.org/wiki/Alstom_Coradia_Stream

Cela semble donc dire, que les CFL ont donc acheté un modèle sur plan. Et, me direz-vous, où est le problème ? Vous avez déjà acheté un appartement ou une maison sur plan ?

Puisque le train n’a pas roulé « pour de vrai » donc, il faudra qu’il soit testé, corrigé de ses erreurs, validé par trois agences ferroviaires aux méthodes différentes (Lux, France, Belgique) pour être mis en exploitation, et à nouveau corrigé des problèmes découverts en ligne.

Bon, on se rassure, ce ne sera pas forcément des trucs très embêtants, mais on connaît tous l’histoire du train dit « super confortable » qui passe la frontière, et paf le chauffage.

Il n’est pas dit que les trains promis soient rapidement disponibles et surtout en quantité nécessaire à nos lignes. Et on ne connaît pas les détails du contrat en cas de retard (pénalités, prestations en option).

C’est donc une jolie liste de cadeaux de Noël dont on verra si elle se réalise dans 3 ans…

Rencontre avec le maire de Metz, Dominique Gros

Suite a la parution de l’article au sujet de l’avenir de la relation France/Luxembourg, dans le Quotidien, le 19 novembre dernier, Monsieur Dominique Gros, maire de Metz* a souhaité mieux connaître notre association.

Le vendredi 4 janvier, nous avions rendez-vous avec l’élu, dans son bureau de la place d’armes à Metz.

Entretien avec Dominique Gros, maire de Metz

L’entretien, cordial, a permis d’exposer au Maire de Metz la situation rencontrée quotidiennement par les usagers du train entre Nancy et Luxembourg, et de présenter les actions menées jusqu’alors par l’AVTERML.

Nous avons ensuite échangé sur les perspectives d’avenir, notamment la nécessaire prise de conscience des plus hautes autorités françaises et luxembourgeoises, quant a une meilleure coordination, et le besoin urgent d’adopter une attitude de co-construction en lieu et place de la situation concurrentielle actuelle (ce qui faisait suite directement à la parution de l’article précité).

Dans ce cadre, nous avons également sollicité le soutien de M. Gros en vue de l’organisation, par notre association, d’un événement dont on vous reparlera d’ici quelques semaines.

A l’issue de notre entrevue Monsieur le Maire de Metz s’est engagé formellement à nous apporter toute l’aide matérielle possible, et nous a assuré de sa disponibilité à l’égard de notre association.

Il s’agit indiscutablement d’une avancée importante pour notre association, M. Gros étant à ce jour le maire de la plus grosse agglomération du sillon lorrain à soutenir ouvertement l’AVTERML !

Nous espérons que dans les semaines et les mois qui viennent, cet appui en entraîne d’autres, et que la dynamique que nous essayons de mettre en place depuis 3 ans se concrétise désormais par des avancées tangibles en matière de mobilité…

*Metz compte environ 8000 travailleurs frontaliers, dont, selon les chiffres dont nous disposons, près de la moitié prend le train. La ville reçoit également un très grand nombre de navetteurs ferroviaires depuis les communes environnantes. C’est l’occasion de répéter que notre association n’est pas une association de frontaliers, mais qu’elle a vocation à défendre les intérêts de tous les voyageurs ferroviaires entre Nancy, Metz, Thionville et Luxembourg !

Que s’est-il passé avec les TER de 06:03 et 06:07 cette semaine ?

Eh bien oui, car au bout de plusieurs jours d’affilée où ces 2 trains arrivèrent en retard à Thionville, on s’est quand même posé la question.

Voici l’heure d’arrivée réelle à Thionville (les gares précédant Thionville sont évidemment impactées) :

Est-ce du chipotage que de faire un article pour ça ? Non, car le problème est moins les minutes de retard que la communication toujours aussi inefficace.

Le motif, un peu technique, est certes difficile à expliquer via une annonce sonore en gare. Dans ce cas, pourquoi n’y a t-il pas eu

  • de gilet rouge sur les quais ?
  • de courrier / mail / sms envoyé aux usagers avant ces travaux ?
  • un affichage spécial en gare (notamment pour les petites gares) ?
  • de la communication à bord des trains ?

On imagine bien que pour le quotidien de la SNCF ce genre d’intervention passe inaperçu et ne nécessite pas d’action supplémentaire alors qu’elle influence le trajets des usagers. De plus, en ayant conscience de la fréquentation de cette ligne et des problèmes récurrents que nous avons déjà entre Bettembourg et Luxembourg, une attention particulière aux événements de terrain serait de mise.

Bonne et heureuse année 2019 !

2018 restera dans les mémoires des usagers comme une année noire sur le rail entre Nancy et Luxembourg.

Travaux en février, grève larvée entre mars et juin, travaux en juillet/août, puis problèmes de compositions réduites et suppressions de trains, ont mis nos nerfs à rude épreuve…

On va pas se mentir, ce n’est pas encore fini, et il nous faudra encore endurer des perturbations, avant de commencer à voir le produit des efforts consentis de tous cotés, par SNCF et CFL, Région Grand-est et état luxembourgeois, et votre association d’usagers. Même si c’est encore peu perceptible, les choses commencent à bouger, et on peut à terme espérer une réelle amélioration.

C’est dans ce contexte que nous vous adressons nos meilleurs vœux pour la nouvelle année, au cours de laquelle nous poursuivrons les efforts menés depuis 3 ans, pour porter la voix des usagers, la vôtre !

Rencontre SNCF/usagers en gare de Thionville

Hier soir en gare de Thionville se tenait une rencontre entre usagers et personnel de la SNCF.

Voici quelques points que les membres de l’AVTERML présents ont pu aborder :

Le couac du 17:28

Rétabli sur les grilles de décembre, il s’agit d’une erreur au niveau de la publication de la fiche horaire CFL. Ce train a toujours été prévu comme circulant à nouveau à partir d’avril 2019 seulement.

Les problèmes matériels

Vous avez sûrement constaté que nous avons, et plus encore en ce moment, des trains supprimés ou en composition réduite.
Voici quelques explications concrètes :
– deux rames sont en modification ERTMS à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire)
– une rame est en réparation suite à l’accident avec un sanglier le 22 novembre
– deux rames sont en maintenance (pour la maintenance habituelle)

Vélos et trottinettes à bord des trains

Nous avons fait remonter le besoin d’une meilleur visibilité du wagon à vélos (avec un sticker comme sur les trains CFL par exemple), et également la demande croissante d’emplacement pour les gens prenant leur trottinette dans le train.

Une bonne nouvelle pour Mob Emploi à Thionville

L’association de gardiennage va s’agrandir avec un local sécurisé supplémentaire pour accueillir plus de vélos en 2019.

Quel avenir pour ces rencontres en gare ?

Bien qu’ils se déroulent déjà aux heures d’affluence, ces événements pourrait être repensés afin de s’adapter au public. Pour diverses raisons, trop peu de gens s’arrêtent pour engager la conversation. On peut alors imaginer :
– des réunions sur invitation ou avec un système de réservation
– des groupes de discussions de 8 – 10 personnes plutôt qu’une confrontation directe comme lors du COREST
– organiser l’événement à Luxembourg dans le secteur de la gare
– utiliser les réseaux sociaux de manière plus poussée, Twitter étant encore loin d’être utilisé par la majorité des usagers

Bref, tout cela pour vous rappeler que ces rencontres sont importantes.
Râler c’est bien, mais venir sur place pour poser des questions permet de comprendre (à défaut de solutionner) et de diminuer largement la frustration du quotidien.

La prochaine rencontre SNCF / usagers se déroulera à Metz en décembre.